L’écho des victimes de la rentrée !


L’accident est toujours une fatalité, un coup du destin, un malheur
qui nous frappe sans prévenir.
Le parcours de rééducation est une épreuve, c’est un parcours de vie
où l’ordre de nos priorités est totalement chamboulé, voire nous
semble totalement absurde.
C’est aussi une leçon de vie pour tous ceux qui sont valides et qui en
sont les témoins.
Le texte de la chanson « un espoir adapté » de Grand Corps Malade
est particulièrement juste, il est porteur d’espoir pour ceux qui se
battent au quotidien pour retrouver « leur vie d’avant » en ce qu’il y
a un « après » à construire…

Téléchargez le magazine complet ici

L’écho des victimes: RAZ LE BOL !

L’écho des victimes: RAZ LE BOL !

Après le projet de réforme des retraites qui fait fi de la distinction entre un régime de retraite autonome du régime général (qui se finance donc seul et qui, au surplus, contribue au régime général) et un régime dérogatoire du régime général, confusion ayant pour conséquence une augmentation sensible des cotisations de l’avocat (et d’autres professions libérales) pouvant ainsi remettre en cause la survie économique de cet auxiliaire de justice au service des justiciables…

Après la profonde réforme de la procédure civile mise en application au 1er janvier 2020 accompagnée de décrets d’applications parus dans la précipitation à la fin de mois de décembre, réforme qui multiplie les possibilités d’irrégularités dans les procédures

Voila qu’en pleine période de confinement, le gouvernement adopte un décret “Data JUST” dont l’objectif est de crééer une base de données chiffrées fondée sur des décisions de justice rendues et ce afin de créér un référentiel “indicatif” des sommes à allouer aux victimes de préjudice corporel.

En savoir plus

L’écho des victimes: On se lance!

Mieux comprendre pour mieux se défendre

Voici le premier numéro de ce qui veut être une revue accessible et pratique permettant aux victimes des accidents de la vie de comprendre le mécanisme de l’indemnisation des préjudices qu’ils ont subis.

Rien de pire que de rester dans l’ignorance de ce que vaut son préjudice, à la merci des organismes payeurs de l’indemnisation.Rien de pire que de se questionner sa vie durant pour savoir si l’indemnisation obtenue est juste.

Rien de pire que d’avoir le sentiment amer de s’être fait berner aboutissant, au final, à devenir une seconde fois victime non plus de la vie mais du système indemnitaire.

A la différence de l’accident subi, nous pouvons maîtriser, ou du moins influer sur l’indemnisation dont nous sommes le légitime créancier.

La seule condition consiste à devenir un acteur actif de son indemnisation.

C’est pourquoi, j’ai choisi d’illustrer ce premier numéro par ce nouveau logo de la personne handicapée mettant en valeur une personne, non plus statique, mais dynamique et portée vers l’avant !

En savoir plus